Et Voilabébé remporte (aussi) le Vendée Globe

Chez les Voila, le Vendée Globe est une histoire de famille. Depuis 20 ans (j’avais 9 ans), Chaque Voila parie sur un skipper et la bataille s’engage durant 3 mois. Le vainqueur remporte un prestige inestimable appelé à durer jusqu’à l’édition suivante. 4 prestigieuses années… Le jeu en vaut la chandelle.

A la veille de l’édition 2012-2013, habitués de l’épreuve, les Voila historiques avaient déjà préempté les favoris. Voilamaman a su faire pression et récupère l’un des prétendants à la victoire pour sa première participation. Reste Voilabébé. Le pauvre. On se bat comme des chiffonniers pour récupérer les gros poissons, les meilleurs, et lui devra se contenter des miettes.

Les Voila ne restent pas indifférents, on est en famille tout de même. Personne ne lâche son marin mais tous tombe d’accord : Voilabébé est le plus jeune, qu’on lui confie le benjamin de la course. Parfait, ça arrange tout le monde. En voilà un qui ne viendra pas marcher sur nos plates-bandes. Le benjamin de l’édition 2012-2013, un Britannique nommé Louis Burton, a 27 ans. Mouais, il a l’air sympa mais Voilapapa n’est pas convaincu. On n’est pas là pour se faire des sourires, c’est une compétition. Il  tente de la jouer fine et propose un deal : d’accord pour le benjamin de la course mais le benjamin français (pas en raison de sa nationalité mais parce qu’il est meilleur sur le papier. Et puis…Voilapapa a le même âge). Un certain François Gabart. Tope-là. Chez les Voila, personne ne bronche, on ne le connaît pas. De toute façon, savoir si Voilabébé pourra prétendre à la 5e place avec François Gabart plutôt qu’à la 8e avec un autre skipper n’émeut pas les foules. Seule la victoire est belle. Va pour François Gabart.

Et la vie suit son cours. Sur terre, Voilamaman travaille, Voilapapa papillonne et tout le monde attend que Voilabébé se retourne enfin.  Sur l’eau, le duel s’engage en tête de course entre Armel Le Cléac’h et François Gabart. Si Voilabébé ne parle pas, le nom d’un skipper se détache de plus en plus, à la maison, à la télévision, dans les journaux : François Gabart, François Gabart… Il est le plus jeune encore en lice (Louis Burton a dû abandonner). Comme Voilabébé. Il est blond. Comme Voilabébé. Et il remporte le Vendée Globe dès sa première participation. Comme Voilabébé.

Le jeune François Gabart remporte le Vendée Globe dès sa première participation

Le jeune François Gabart remporte le Vendée Globe dès sa première participation

La performance de François Gabart est une prouesse : pour la première fois, un marin solitaire fait le tour du monde en moins de 80 jours et.. il ne s’est pas retourné (Voilabébé non plus).

Un immense bravo François et un immense merci : rendre un père fier de la réussite de son fils… Ca n’a pas de prix !!

En ce 4 février, mention spéciale pour Jean-Pierre Dick, arrivé il y a quelques heures aux Sables d’Olonne, port d’arrivée, après avoir perdu la quille de son bateau.

Le 1er janvier 2013, alors qu’il est en plein océan, une journaliste lui demande ce qu’il souhaite pour l’année 2013. Papa d’un petit garçon âge de 2 ans, Jean-Pierre Dick répond après un court instant de silence : « je veux simplement être un bon père ».

L'arrivée de Jean-Pierre Dick aux Sables d'Olonne le 4 février 2013

L’arrivée de Jean-Pierre Dick aux Sables d’Olonne le 4 février 2013

… Jean-Pierre Dick était le marin sur lequel j’avais tout misé !!

Advertisements

16 réflexions sur “Et Voilabébé remporte (aussi) le Vendée Globe

  1. J’aime beaucoup ce billet…
    Moi aussi et a fortiori pour la raison que tu connais, j’ai suivi ce Vendée Globe attentivement et je suis épatée par la victoire de François Gabart…et son peu d’écart avec Armel Le Cleach! La course au large évolue à vitesse grand V mais fait toujours rêver! ;o)

    • Merci 😀

      Ah oui, j’imagine que tu as suivi ça dans les détails des détails !
      Je suis d’accord, la course au large conserve toujours sa part de rêve, d’aventure, de magie :))

  2. Pingback: Et Voilabébé remporte (aussi) le Vendée Globe | Vendée Globe | Scoop.it

  3. J’ai pris des embruns de bonheur, mon coeur a tangué et mes naseaux ont senti l’iode. Des souvenirs pleins la tête, j’ai imaginé voilàbébé sabrer le champagne.
    Bravo à tous ces géants, ces vrais champions qui du premier au dernier nous font rêver.
    Mention spéciale à celui qui naviguait sans quille, au blondinet qui a gagné ainsi qu’à celui qui le suivait de près.

  4. Bravo aussi à Tanguy.
    C’est bien le seul sport où on admire autant celui qui arrive trois semaines après les deux premiers. Ça fait chaud aux coeurs…
    Quel beau projet sur ce bateau!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s