Nelson Monfort chez le gynécologue

Pour que cette journée soit féconde, je devais entrer, absolument. J’ai rampé entre les obstacles, couru, doublé tous les autres et me suis retrouvé seul devant le sas d’accès entrouvert. Enfin seul. J’ai glissé entre les deux battants et pénétré la cellule. Toute petite, confinée, les rideaux tirés. Dans la pénombre, je trouve Voilamaman. Elle est là, bien sûr. Elle a l’air bien. Mes yeux peinent à s’habituer à l’obscurité. Quelqu’un d’autre semble poser la main sur son ventre. Je ne m’en fais pas. La pénombre est rassurante. Dehors, le klaxon d’un camion. Personne ne sursaute. Nous nous sentons bien dans cette petite salle cosy, un cabinet médical qui, pour une fois, sent la lavande, pas le désinfectant.

« Dites, docteur, le klaxon là, le bébé peut l’entendre aussi ? »

« Certainement mais de manière tout à fait assourdie. Et comme il se sent bien là où il est, le son ne peut pas le traumatiser. Il fera le tri entre les « bons » et les « mauvais » bruits après la naissance ».

Comme nous. Nous nous sentons bien. On l’attendait cette deuxième échographie, depuis des semaines. Nous voulions être là et maintenant que nous y sommes, nous voulons rester, laisser l’écran allumé, nos yeux rivés, les mots sortir. Devant Roland-Garros, les commentateurs m’exaspèrent. Ils parlent sans arrêt, souvent pour ne rien dire. « Donc là, Nadal bouge le bras gauche. Certainement pour retarder la crampe. Tiens, il mange une banane maintenant. Certainement pour reprendre des forces ». Super.

Que mange Rafael Nadal Nadal est-il dopé

Et de soupirer derrière mon écran de télé. Et voilà qu’aujourd’hui, assis à côté de Voilamaman non pas dans la cabine de France Télévisions mais dans un cabinet qui sent la lavande, je joue au commentateur sportif. Impossible de m’en empêcher. « Oh, il bouge le bras gauche ». Et le commentaire sportif d’échographie, n’en déplaise à Nelson Monfort, c’est vraiment sport. Jamais certain qu’il s’agisse du bras, encore moins du gauche, je commente, je répète. Ma manière à moi de rencontrer notre bébé, d’échanger avec lui. Voilamaman fait la même chose. On aime bien répéter ce qu’on voit pour une raison bête. Nous aimons déjà qui nous voyons. Autant lui dire.

Advertisements

16 réflexions sur “Nelson Monfort chez le gynécologue

  1. Comme d’habitude je lis ta prose comme une douce poésie, l’émotion des vrais moments en plus. Je suis fan!!
    (Sinon j’attendais qd même la chute avec révélation du sexe…)

  2. Whaaaa un très joli texte collègue papa :). En tout cas ton article m’a donné autant d’émotion qu’une finale de Roland Garros :).

  3. Deuxième écho, déjà ! Quel beau texte ! Alors, fille ou garçon ou encore une fois vous la jouez parents post-modernes 😉 ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s