Quelles angoisses ressent papa ?

Le trou noir. Rien autour, rien dedans, seul un trou pour tomber. Je ne me sens pas bien, je tombe depuis 1 seconde ou 1 heure, je ne sais pas. Le temps s’est perdu. Je ne reconnais rien, il fait noir, rien pour accrocher mon regard ni ma main. Un trou. Noir. Et moi dedans. Ca tourne. Pas autour de moi. Sans repères, je ne peux pas voir mon monde tourner. Ca tourne en moi, dans mon ventre, mes tripes. L’angoisse, la vraie. On a tous vécu la sensation du trou noir peu avant l’heure du réveil, celle qui nous réveille transis. Je la vis également ailleurs.

Voilabébé hurle. Je suis serein, j’ai mes repères. Il a sûrement faim. Je lui donne à manger. Il continue à hurler. Je ne peux plus m’accrocher au repère « faim ». Place au repère suivant : les dents. Il a la joue rouge, c’est ça. Jusqu’à me rendre compte que l’autre joue, la gauche, ne l’est pas, rouge. La joue droite porte simplement la trace de l’oreiller. Ce ne sont pas les dents. Dernier repère : la couche. On le change. Propre, il hurle encore. Ce n’est pas la couche. Mes repères s’estompent, je ne peux plus m’accrocher à l’un ni à l’autre, je lâche prise, me laisse happer par le trou noir, mon ventre vrille. J’angoisse.

A quoi ressemble un trou noir définition du trou noir

Voilamaman aussi. Si nous l’exprimons différemment, l’angoisse nous est commune puisque nous partageons les mêmes repères. Les angoisses de maman et celles de papa, même combat. Quoique pas tout à fait. Lors de la grossesse, ils se trament des choses qui nous échappent à nous, papas. Après la naissance aussi d’ailleurs. Pour autant, s’il s’agit de savoir si les papas angoissent aussi, la réponse est sans équivoque, c’est oui.

Alors se demander « quelles angoisses ressent papa ? » comme Juliette du blog Conboudu m’y invite, une question pour rien ? Bien au contraire. Quantité de choses se joue derrière cette question. Des choses essentielles qui ne logent pas forcément là où elles sont attendues. Derrière le mot « angoisses » ? Et si tout se jouait ailleurs… derrière le mot voisin ? « Ressent ». Un papa qui ressent, voilà qui pose question. La preuve ? Le lieu commun ne veut pas d’un papa angoissé, il se contente du papa inquiet. Un papa, c’est inquiet. Pour l’avenir de ses enfants, leurs études, etc. L’angoisse lui serait étrangère. Pourquoi donc une telle croyance ? Pour une raison simple : l’angoisse se ressent, elle est intérieure, physique. L’inquiétude est différente, moins profonde, plus cérébrale. La mère angoisse parce qu’elle s’exprime avec ses tripes, le père s’inquiète parce qu’il se contente de gérer les plans de carrière de ses enfants. Mon propos ne consiste pas à dire qu’une maman et un papa, c’est blanc bonnet et bonnet blanc, ni l’inverse d’ailleurs. Je ne veux pas que la polémique sur la théorie du genre vienne polluer ce billet ni dans un sens, ni dans l’autre… simplement les clichés, quelle angoisse !

Ceci est ma contribution à « Paroles aux papas », la rubrique du blog Conboudu qui ouvre les bras aux papas ! Chaque mercredi, une question est posée. Cette semaine : « quelles angoisses ressent papa ? »

Publicités