Voilabébé a 2×2 mois

Je sais comment reconnaître un parent, il répète à l’envi « comme tu changes vite »… de visage, pas de couche, ça se saurait.

Voilamaman et Voilapapa sont une maman et un papa depuis 4 mois seulement et pourtant, « comme tu changes vite » Voilabébé. Les premiers temps, ces jours qui ont suivi la naissance, paraissent si loin. C’était le temps de l’installation dans notre nouvelle maison à trois et dans notre rôle de jeunes parents tout nouveaux (et tout beaux). Voilabébé ne souriait pas, n’attrapait rien, ne pouvait se redresser, ne rigolait jamais. Et il pleurait.

Un autre monde qui me semble désormais fatiguant. C’était le monde des berceuses incessantes au retour du bureau pour calmer les pleurs de Voilabébé. C’était également le monde exaltant de la découverte permanente, une sorte de conquête de l’ouest : chaque jour, on avance un peu plus sur le front pionnier, on découvre Voilabébé, on apprend à vivre avec lui et on trouve de nouvelles ressources, des astuces pour survivre. Je ne suis pas certain du tout que nous ayons atteint la rive pacifique, que la conquête de l’ouest puisse être déclarée achevée. Je suis même convaincu du contraire. Pour le reste, notre relation avec Voilabébé a bien changé au terme du deuxième mois. Voilabébé sourit, attrape, se redresse, rigole souvent… Et pleure encore !

Voilabébé, en vrai

Voilabébé, en vrai

Je suis autant exalté qu’hier, simplement le front pionner a avancé et il est de moins en moins aisé de reconnaître le Voilabébé d’hier dans celui d’aujourd’hui. Voilabébé n’est plus le même bébé…

A parler ainsi, j’ai l’impression d’être le père vieilli d’enfants avancés dans la vie. Tu parles, ça ne fait que 4 mois. 4 mois ? Voilabébé n’a pas 4 mois, non, non. Ces deux derniers mois ont été bien différents des deux premiers. Ca doit être ça, tiens, la différence entre nouveau-né et nourrisson, ce sont deux mondes, deux approches, deux relations, très différentes, réparties à ce jour en deux parts égales : un quota de 2 mois pour le nouveau-né, et un autre quota de 2 mois pour le nourrisson : pas 4 mois, non, non. Voilabébé a 2×2 mois, roule en poussette 4×4…

…et ne fait toujours pas ses nuits. Vivement le 5e mois.

Publicités

Pourquoi j’aime Noël

Voici ma contribution au thème « Noël » sur www.bluesblogueurs.fr.

Je regarde cette courbe : une ligne droite, plane, sans relief. Ah tiens, une saillie. Furtive, elle ne dure qu’un instant et retombe. Elle est pourtant bien présente et attire irrésistiblement l’oeil. Aussi étendue soit-elle, la longue ligne droite, je ne la vois plus. Seule compte cette légère pointe. Et elle compte énormément : sans cette saillie dérisoire, cette courbe n’en serait pas une. Elle se cantonnerait à rester simple ligne droite. Noël, c’est ce petit soubresaut qui soulève la morne ligne droite du quotidien, cette saillie qui rend vivant au lieu d’ajouter les jours aux jours selon une mécanique implacable, terne, morte.

Voilapapa Pourquoi j'aime Noël 231212.doc

J’aime Noël parce que Noël enchante le monde et c’est bien là la trace du vivant. Imaginons la Terre dépeuplée. Les journées se succèderaient de la même façon, Noël en moins.  Foutaise me dit-on ! Arrête d’être naïf, tu vois bien que le 25 décembre est un jour comme un autre. Ceux qui croient au ciel peuvent faire remarquer que Jésus n’est de toute manière pas né un 25 décembre. Ceux qui croient au ciel comme ceux qui n’y croient pas renchérissent en répétant que Noël n’est qu’une opération commerciale lancée par Coca-Cola et reprise par tous les autres. Si vous n’aimez pas Noël, pourquoi réprouvez-vous son aspect marketing et commercial ? Puisque Noël ne vous dit rien, pourquoi regretter que la différence entre Noël et les 100 jours de promo chez Carrefour s’estompe ? Noël est utilisé partout, par tous, sous toutes les formes, dans toutes les langues, se dénature, se réinvente, se trouve en tête de gondole et jusque dans la moindre arrière-boutique parce que Noël, ça parle, ça touche au coeur, ça réveille l’enfant, ça donne envie.

Noël est de toute façon l’un des plus grands succès marketing de l’Histoire puisque la définition de Noël, la voici : croire à une bonne nouvelle à moindre frais (la venue d’un sauveur ou celle du père Noël chargé de présents). N’est-ce pas là le principal ingrédient de tout produit bien marketé ? Si j’osais, je dirais que c’est Noël qui a inventé le marketing et non l’inverse. Et Noël fait bien mieux. Je veux enchanter le monde sans avoir besoin de l’acheter : voilà la magie de Noël. Le 25 décembre est un jour comme un autre, certes. Mais il ne tient qu’à moi de le muer en un jour différent des autres. Je veux croire que Noël est beau, que c’est au moins une belle journée. Arrête de croire me dit-on. Bah non, je crois que croire, ça peut marcher, ça peut plier le réel. Mes meilleurs entretiens d’embauche ont marché pour une seule raison : j’y ai cru. Et j’ai été embauché, et le réel s’est plié, ce qui ne m’empêche nullement d’être cartésien.

Voilapapa Joyeux Noël

Et pourtant, je ne suis pas certain de réussir à faire de Noël un jour vraiment différent : puisque c’est un jour spécial, pourquoi ne le vis-je pas autrement des autres jours ? Pourquoi chacun reste-il chez soi, le beau sapin allumé derrière un portail bien fermé ? J’aimerais croire que Noël est un jour différent parce que je me tourne alors vers des gens différents. Pourquoi ne le fais-je pas, ou si peu ? Parce qu’on a barricadé Noël. Autrefois, Noël, c’était la fête de tous, aujourd’hui, c’est la fête de l’entre-soi. C’est l’Angleterre victorienne qui a inventé ce Noël-là. Et Charles Dickens l’a dénoncé dans son Conte de Noël. Le Noël où on ne sort surtout pas, où l’on ne va pas à la rencontre, où la maison est peut-être différente mais la rue reste la même. Noël, c’est une fête de famille, et c’est primordial. Mais qui a demandé de dresser un enclos autour de chaque famille ? Ce n’est écrit nulle part.

Une année, ce n’est pas une addition de 365 (ou 366) journées de 24 heures. Non, une année c’est un patchwork de jours qui comptent (la naissance de Voilabébé !) et de jours qui comptent moins. L’année dure 365 jours mais certains jours durent plus longtemps que d’autres ! J’aime que Noël fasse partie de ces jours les plus longs parce que plus attendus, davantage vécus.

Vous aussi envoyez votre contribution à contact@bluesblogueurs.fr

Crédit photo : http://lescreasdepatchie3340.centerblog.net

Nouveaux parents, on nous ment !

Tu vas voir ce que tu vas voir. Devenir parent, c’est un chemin sans retour, finies les rêveries d’un promeneur solitaire. Ta vie d’avant, tu oublies. Par vie d’avant, on entend : les sorties jusqu’à point d’heure, les mètres de bières, choisir de ne rien faire même quand on a quelque chose à faire. Etre parent, c’est beau mais ça exige un changement de comportement. Désormais, tu seras un homme sérieux : tu te lèveras tôt, anticiperas et développeras des capacités logistiques hors normes (elle est où la capote de la poussette ?) au moment de sortir acheter une simple tranche de jambon. Vous, parents, n’avez pas le choix. Vous deviendrez sérieux. Etre parent, c’est poser des limites, pour son bien-être et celui de l’enfant.

Faire des enfants, c’est découvrir l’art de la limite ? Faux ! Mensonge éhonté ! Un bébé, c’est no limit. La salle de bains, le lieu désigné pour changer une couche ? Certainement pas. La salle de bains, c’est la place de toutes les folies, le lieu de la perdition, la fin de la raison. Tenter le prout le plus sonore possible (je pense pouvoir prétendre au top 3) sur les pieds de ton voisin, lancer le concours de gazouillis le plus aigu d’Europe, se mettre à quatre pattes quand il est sur le ventre et ramper en mode chasse aux tigres, tout ça parce qu’il est sur le ventre, faire disparaître ses mains hop, les faire réapparaître hop hop, et les faire disparaître à nouveau hop hop hop, c’est pas incroyable ? La fin de la raison, on vous dit. Poser Voilabébé sur la table à langer revient à lui donner un ticket pour le plus incroyable des spectacles pyrotechniques, Disneyland en plus grand, en plus ahurissant, totalement ébouriffant. Alors le premier qui vient me dire que devenir parent, c’est être raisonnable…

Ah oui, la couche…

Notre salle de bains

Notre salle de bains

Racontez la plus belle première fois de votre enfant et remportez un jeu d’éveil ! Give away

1,2, 3, 4, 5 biberons par jour. 1, 2, 3, 4 voire 5 couches le même jour. 1, 2, 3, 4 mois. Les gestes quotidiens autour de Voilabébé sont un éternel recommencement. On se répète, on devient aussi plus aguerri. Ca doit être le drame d’une vie adulte : on apprend une bonne fois, et on recommence, on répète, le même geste, sans oser compter combien de couches on a changé, combien de bodies ont été flingués. Tu n’est pas blasé (e) mais tu ne t’étonnes plus vraiment…

Et je regarde Voilabébé, ses yeux écarquillés lorsqu’il saisit son premier hochet, le regard interloqué lorsqu’il entend une première fanfare descendre la rue. Regarder un bébé, c’est magique.. J’ai le sentiment de ne voir que des premières fois ! Celle qui m’a bouleversée, c’est son premier rire. Allongé sur son tapis d’éveil, Voilabébé souriait. Mon regard a trouvé le sien. Ses yeux ont pétillé immédiatement, et le rire, le premier, tout petit éclat première fois entendu, est venu à mes oreilles et m’a fait tressaillir. Aaah les premières fois.

Vous aussi, racontez-nous, partagez une première fois de votre enfant en commentaire ! Ses premiers pas, son premier yaourt étalé sur la figure, la première dégringolade dans l’escalier ?!

PampersFisherPriceNoelV5

Parmi vos commentaires « première fois », celui qui sera tiré au sort remportera un jouet d’éveil offert par nos partenaires Pampers et Fisher-Price !!

Les participations sont ouvertes jusqu’au 31 décembre.

Venez participez et remporter un jouet d’éveil adapté à l’âge de votre enfant !

Votre enfant est âge de 0 à 6 mois ? La veilleuse pingouin le rassurera la nuit et aidera même sa vue à se développer à travers divers modes de projection de lumière.

W

Votre enfant est âgé de 6 à 12 mois ? Il pourra se saisir de l’escargot musical animoblocs qui accompagnera ses premiers gestes.

Pampers jeu 4

Votre enfant est âgé de 6 à 36 mois ? Il emportera partout le piano de Puppy adapté à ses petites mains.

W

Votre enfant est âgé de 3 ans et plus ? Il pourra prendre en poche son smartphone muni d’un clavier tactile et d’un écran LCD.. pour faire comme les grands, apprendre les chiffres et l’anglais.

X

Pour ceux qui aiment les concours, trouvez-en notamment ici.