Voilapapa a essayé de trouver un conseil pour la vie de couple

Spécialisé dans la psychologie du couple et de la famille, le site Anoustous.com m’a demandé, ainsi qu’à d’autres blogueurs, mon meilleur conseil pour la vie de couple (à retrouver ici et ci-dessous). Sacrée question à laquelle j’ai tenté de répondre vaille que vaille.

En couple, j’essaie de ressembler à un tout petit animal…

… le poisson rouge. Voici la place que j’occupe dans le couple, celle du poisson rouge. Doté d’une capacité de mémoire de 10 secondes (allez, 15 secondes pour les poissons rouges les plus forts), il bute sur un bord du bocal puis sur un autre. Toutes les 10 secondes, le poisson rouge s’entend dire « ah oui, c’est vrai, il y a un bord, j’avais oublié ».

Et si la mémoire du poisson rouge était le meilleur argument tactique du couple ? Il ne s’agit plus de buter sur un mur toutes les 10 secondes mais de trouver une mini intention tous les jours et dire ainsi à l’autre… qu’on ne l’oublie pas. Ni aujourd’hui, ni hier, ni demain.

Voilapapa en couple

Voilapapa en couple

Merci Anoustous.com d’avoir fait cogiter Voilapapa !!

Publicités

Le sommeil de bébé, c’est pas sorcier

Il paraît que la visite d’une tribu reculée, recroquevillée autour de la maison de l’homme le plus rassurant du village, le sorcier, est compliquée à organiser. Le chemin jusqu’à l’entrée du village, ça va. C’est l’étape d’après qui est moins facile pour une raison simple qui se répète de village en village : le rituel. Un ensemble de gestes et d’attitudes qui te paraissent sans intérêt, mais auxquels ils tiennent, eux, comme à la prunelle de leurs yeux. Et finalement, pas besoin d’être une tribu reculée (ça rassemble à quoi d’ailleurs une tribu qui recule ?), c’est vrai partout. Ici, on entre chaussures aux pieds, là en chaussons, là-bas on ne nous fait même pas rentrer. Le rituel, c’est compliqué, on ne sait jamais sur quoi on tombe, à quelle convention se conformer. Ca me dépasse.

Coucher un enfant, de manière tout à fait basique, ça doit ressembler à ça :

1. Je veux coucher Voilabébé

2. Je couche Voilabébé

3. Voilabébé est couché

4. Voilabébé dort

Et ça se réduit souvent à ça :

1. Je veux coucher Voilabébé

2. Je veux coucher Voilabébé

3. Je veux coucher Voilabébé

4. Voilapapa s’est fait coucher par Voilabébé

Et voilà que j’entends que pour coucher un bébé, il y a un rituel. L’horreur. On a essayé l’autre option : ne pas rentrer dans le village du Sommeil de bébé. Cette option pose un problème certain : pas de rituel certes mais pas de sommeil non plus. Ni pour l’enfant, ni les parents. C’est intenable, nous n’avons plus le choix : il va falloir se frotter au rituel.

A quoi ça ressemble un rituel ? Au lieu d’avoir d’une action, tu en as 15 minimum. C’est un peu le même principe que le palan. Imaginez-vous soulever un tronc d’arbre (ça vous arrive souvent avouez) à l’aide d’une corde. Le tronc est trop lourd, il ne bouge pas d’un millimètre. Echec. Ton voisin, lui, soulève un tronc d’arbre identique sans effort ! Comment fait-il ? C’est simple. Sa corde, il en a fait un palan. Il ne s’est pas contenté d’accrocher la corde au tronc d’arbre. il a fait des dizaines d’allers-retours avec la corde entre le tronc d’arbre et son tronc à lui et le tour est joué : le palan ainsi créé démultiplie les forces. Soulever le tronc d’arbre devient un jeu d’enfant.

Le rituel, c’est la même chose. C’est censé rendre les choses plus simples parce que chaque action est décortiquée, démultipliée, millimétrée. On ne compte plus 4 étapes mais 4 étapes décortiquées en dizaines de sous-étapes et de sous-sous-étapes :

1.

11.

111.

112.

113.

12.

121.

etc.

Le délire… Le palan, c’est pratique mais quand tu l’achètes tout fait en magasin. Voilà où réside le drame du rituel : toutes les étapes, tu te les tapes. C’est peut-être rassurant mais ça n’en demeure pas moins fastidieux. Je n’y arriverai jamais. Voilabébé ne dormira jamais, et moi non plus.

Et j’ai participé à une table ronde de blogueurs organisée par Pampers et Fisher Price

Les blogueurs présents lors de la table ronde Pampers-Fisher Price

Les blogueurs présents lors de la table ronde Pampers-Fisher Price

Et voilà que la discussion lors de cette table ronde m’a apporté deux éclairages.

D’une part, je n’avais pas fait le tour de tous les éléments influant sur la qualité du sommeil. Le lit, l’heure du coucher, la p’tite histoire, certes. J’avais oublié la couche ! Je n’avais pas pensé au fait qu’une couche plutôt qu’une autre change la manière de dormir. Une étude européenne menée par Pampers montre pourtant que la couche et le sommeil ne font qu’un…

L’intervention d’Aude Becquart, consultante en puériculture, m’a apporté d’autre part une aide déterminante, notamment sur un point : le rituel, c’est pas sorcier. Il n’a pas à devenir immuable et sacré. Si bébé est rassuré et accepte de dormir, c’est bien le signe que les gestes posés sont bons (j’interprète à ma manière, ce ne sont pas les propos d’Aude Becquart). Une telle manière de voir les choses semble tout à fait logique ? Certes. Mais à force d’entendre parler de rituel, je suis heureux d’entendre de la part d’une professionnelle que « rituel » ne rime pas nécessairement avec « formel » mais bien avec « bien-être » et « mise en confiance ». Le geste concret que j’ai retenu de la part d’Aude Becquart et applique tous les soirs : une fois le moment du coucher passé avec Voilabébé, je quitte la chambre en 10 secondes, pas une seconde de plus ! Pas d’au revoir déchirant : le sommeil n’est qu’un bon moment à passer…

Jeu-concours : le nom du vainqueur BD de Mademoiselle Caroline !

Vous m’avez fait rêver, voyager aux quatre coins du monde : New York City, les cocotiers, la neige.. Merci à tous !

Le grand moment est arrivé (veuillez m’excuser pour le retard gloups)…

Le vainqueur est… mère pas parfaite !! Bravo bravo à toi (tu as bien fait de revenir dans les parages !). N’hésite pas à m’envoyer tes coordonnées à voilapapa(at)gmail.com

Un grand grand merci à l’auteur… Je vous invite très très fortement à découvrir l’univers frais et décapant  de Mademoiselle Caroline !

Voilapapa Résultats Jeu-concours Caroline

——————-

L’arrivée d’un bébé change la vie. Super, du changement. Ce n’est pas toi qui décide de la teneur du changement mais… super, du changement !! Changer de ville, quitter Paris, tu le ferais ? Tu es fou Voilapapa. Un enfant change la vie, ça ne signifie pas que les parents changent de vie, bien au contraire. Finie la conquête des vastes horizons, dorénavant, c’est couche-culotte à la maison.

Et pourtant, elle l’a fait.

Enceinte d’abord…

Mademoiselle Caroline Enceinte

puis Maman…

Mademoiselle Caroline Maman

.. Mademoiselle Caroline décide maintenant de quitter Paris !

Mademoiselle Caroline Quitter Paris couv

Vit-elle une cure de jouvence, l’horreur, une vie-en-tous-points-identique-les-enfants-restent-les-enfants ? Remportez Quitter Paris (dédicacé s’il vous plaît !) et découvrez-le !

Comment faire ? C’est très simple, présentez-nous en commentaire le lieu de vos rêves, l’endroit pour lequel vous êtes prêt(s) à quitter Paris ou votre ville de résidence.

Augmenter vos chances en relayant le concours sur Facebook, Twitter, Hellocoton ou ailleurs (+1 chance pour un relais ou plus). Merci de m’envoyer le lien correspondant (comment récupérer les liens de partage).

Le jeu-concours est ouvert jusqu’au 28 février inclus.

Le tirage au sort du vainqueur aura lieu le 3 mars.

A vous de jouer !

Crédit photo : http://www.mademoisellecaroline.com

Mon bébé ressemble à Gollum

Je m’assois à table, on me prend ma fourchette. Je me lève pour redresser ce cadre de travers, on attrape la photo punaisée dessous. Je m’en vais en cuisine surveiller le repas, une main venue-de-je-ne-sais-où plonge et tente d’agripper la casserole.

J’ai déjà lu ça quelque part. Je vis le calvaire de Frodon. Héros du Seigneur des anneaux de son état, Frodon doit se débarrasser coûte que coûte d’un anneau qui, s’il tombait entre les mains du seigneur du mal, lui confèrerait tous les pouvoirs. Et Frodon de se balader avec son anneau pour tenter d’atteindre un immense volcan et détruire l’anneau.

Frodon cache l'anneau de peur qu'on ne le dérobe

Frodon cache l’anneau de peur qu’on ne le dérobe

En chemin, qu’il dorme, on tente de lui subtiliser l’anneau. Qu’il se retourne, une main surgit et essaie d’arracher la chaîne qui retient l’anneau autour du cou de Frodon. Qu’il mange, on voudra encore voler l’anneau. Jamais tranquille, sans cesse sur le qui-vive, Frodon doit faire quelque chose mais on aimerait faire les choses à sa place.

Qui ça « on » ? Gollum, un petit être qui colle aux basques de Frodon, le charme et n’a qu’un désir : prendre l’anneau des mains de Frodon. A tel point que Gollum parvient aux acrobaties les plus délirantes, aux contorsions les plus improbables pour attraper l’anneau. La gravitation ? C’est bien le cadet des soucis de Gollum. Il tend le bras, se jette, ensuite on verra bien. Ca me rappelle quelqu’un. Le principe de Gollum consiste à vouloir prendre ce que Frodon tient entre les mains. Voilabébé, c’est la même chose. Il lit un livre, très bien. Je m’assois à ses côtés et lit un autre livre. Et voilà Voilabébé qui dédaigne son livre et ne veut qu’une seule chose : le mien. Mon bébé ressemble à Gollum… mais la comparaison s’arrête là (Gollum est moche et n’a pas de cheveux ; tout l’inverse de Voilabébé !!).

Crédit photo : images.ados.fr