La pizza de maternité

La salle de travail m’impressionne. Je m’attends à un temps d’ascèse parsemé de secousses ; un temps à attendre le bébé, ou les secousses justement, on ne sait plus. Un temps à ne rien faire, ni manger, ni boire, ni se divertir vraiment. Un article de magazine rapidement parcouru, voilà. Dans de telles conditions, je considère comme hautement stratégique le temps qui précède l’arrivée en salle de travail, ces quelques heures passées à la maison autour de la montée en puissance des contractions. J’appréhende une arrivée de Voilamaman en salle de travail en de mauvaises conditions. Et voici ce que je crains le plus et veux repousser absolument : la faim. Imaginer Voilamaman affamée alors que se profilent encore plusieurs heures de travail et l’effort de l’accouchement me paraît insoutenable.
Voilamaman doit manger quelque chose tant qu’elle est à la maison.

Tout à cette idée, je m’occupais du ravitaillement le week-en dernier en compagnie d’un ami espagnol venu nous rendre visite avec une amie belgo-portugaise. Dans chaque rayon, j’annonce : « ça, c’est pour la maternité » et dépose pizzas et plaques de chocolat dans le panier. Une fois rentrés à la maison, mon ami espagnol livre l’état de ses réflexions à Voilamaman : « en Espagne, à l’heure de se rendre à la maternité, le futur papa saute dans la voiture. Chez vous, il fait chauffer une pizza ».

Publicités

29 réflexions sur “La pizza de maternité

  1. ah non mais comme j’ai rigolé! Cette phrase ultime “en Espagne, à l’heure de se rendre à la maternité, le futur papa saute dans la voiture. Chez vous, il fait chauffer une pizza”.
    nan mais là j’en peux plus!

  2. Moi je ne rigole qu’à moitié parce que Oui! la bouffe c’est important surtout quand on s’apprête à fournir un effort physique important. Je me souviens très bien de la banane que je me suis enfilé en vitesse avant de partir accoucher de mon premier: ça me semblait vital surtout sachant que je n’aurais pas l’occasion de manger avant un moment ensuite.

  3. Ca aurait évité bien des soucis cette pizza !
    Lui a eu deux pauvres tartines et du kiri, le lendemain matin (oui, rentrés le dimanche à 17h, accouché le lundi à 15h55) un chocolat chaud. Du coup vers midi il était parti se chercher un sandwich pendant que je mourrais de faim …

    • 😉 L’une réflexion n’empêche pas l’autre : j’ai ri à l’entendre dire ça alors que, dans la perspective de l’accouchement, l’alimentation est clairement l’une de mes principales préoccupations !

  4. Moi on m’avait conseillé de ne pas manger avant l’accouchement (quand j’y repense -_-) dans le cas de complications pour l’anesthésie, au final j’ai passé 36h sans manger ni boire avant de finalement accoucher ! j’aurais pas été contre une tite pizza ^^

  5. Je suis toujours partie le ventre vide à la maternité… pour la première, mon homme est allé manger au chinois d’en face la clinique, le temps que le col se dilate (faut pas se laisser abattre, surtout quand on a le cordon à couper deux heures après!!!)… pour la deuxième, scénario trop angoissant qu’une naissance à 6 mois de grossesse peut engendrer (donc deux ventres noués et vides)… pour la troisième, je suis partie accoucher seule à 5h du mat, escortée par les pompiers (mon homme ne pouvait pas m’amener vu que nos deux plus jeunes dormaient encore, et que personne ne pouvaient les surveiller à sa place)… il m’a promis de les bichonner à leur réveil avec croissants et pains au chocolat (j’ai failli le baffer!)…
    Et pis je t’avoue, je sais pas si faut manger avant d’aller accoucher… une voisine qui avait accoucher un mois avant moi, n’avait pas expulsé que le bébé au moment de l’effort…. et ça m’avait traumatisée…!!!!!!!!!!!!!!!

    • Comme je comprends que tu aies pu avoir le ventre noué.. En définitive, tout scénario est donc possible ! Je me prépare à tout éventualité et Voilamaman décidera de manger ou pas selon le sentiment du moment !

      .. Je prendrai sûrement une pizza avant de couper le cordon ah ah

  6. Mylittlediscoveries, au moment où j’ai validé mon commentaire, j’ai réalisé l’énormité que je venais d’écrire!!!!!………. mais bon, je suis soulagée de savoir que cette anecdote t’a traversé l’esprit aussi…. ouf!!!!

      • Que tu manges ou non avant de partir ne changera rien à ça, si les intestins ne sont pas vides (pas tjs le choix), c’est très normal qu’ils se vident pendant les poussées : le bébé appuie dessus au passage, ne l’oubliez pas…
        Les sages-femmes me l’ont tjs dit, c’est parfaitement naturel et normal, pas de quoi en faire une angoisse 🙂

  7. J’ai bien ri. Moi je savais que ce serait déclenché vu qu’on était à J+4, du coup je suis partie avec dans le ventre seulement mon verre de jus d’orange en pensant qu’à midi ce serait plié. Mais comme la maternité était blindée, ils ont attendu midi et demie pour me demander « on déclenche aujourd’hui ou on attend demain » et comme j’ai dit aujourd’hui, je n’ai plus eu le droit de manger. Par contre de boire oui, sans problème, donc et glou et glou… et finalement, Simon est né à 20h, vous imaginez bien que j’étais claquée, après l’effort je claquais des dents pendant que la sage-femme s’occupait de mon placenta, et au moment de me lever je suis tombée dans les pommes, ce qui ne m’était encore jamais arrivée. Je me souviens nettement d’avoir rêvé avant d’entendre « allez on se réveille », et on m’a apporté un jus de fruit, du sucre, une barre de céréales… finalement j’ai eu poulet/purée dans ma chambre à 23h.
    /parenthèse pas glam’
    Un autre truc à acheter, surtout si Voilàmaman perd les eaux à la maison, c’est un laxatif genre microlax ou un suppo de glycérine, histoire de vider le rectum avant de partir. On me l’a proposé à la maternité mais si j’avais été à la maison j’aurais bien flippée, assise sur les toilettes…
    /fin de la parenthèse

    • Tout un accouchement avec un petit jus d’orange, très fort..
      Le poulet/purée est arrivé bien tard..
      J’ai parlé à Voilamaman de ce laxatif. Apparemment, elle connaît et se serait effectivement bien utile.

  8. Voilà, tu as raison Agnès, ma voisine m’avait aussi conseillé le microlax … mais bon, vu que je ne savais pas pousser, prenais ma force dans les poumons, devenais rouge comme une tomate… d’où ventouse, épisio, et doute des sages-femmes quant à ma présence aux séances d’entraînement à l’accouchement… je savais que je ne risquais pas de lâcher quoique ce soit… donc j’en ai pas pris..

  9. Pingback: La liste de maternité du papa | voilapapa

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s